La Green Supply Chain ou logistique verte, une transition en marche

Publié le 7 mars 2024

logistique_vert
generix_group
Rédigé
par
Generix Group
Catégories
Transport
Entrepôt

De nombreuses entreprises s’engagent désormais dans une démarche écologique. Elles mettent en place des stratégies afin de répondre à des normes environnementales et de satisfaire aux exigences de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) attendues par leurs clients. Le développement durable constitue ainsi un véritable levier de développement pour de nombreuses sociétés : leur service logistique fait ainsi partie intégrante du processus de transformation vers des pratiques plus durables. Grâce à la mise en place d’un ensemble d’actions, il devient possible de diminuer l’impact environnemental de la chaîne d’approvisionnement. Réduction des émissions de gaz à effet de serre, de la consommation d’énergie et des ressources naturelles : la Green Supply Chain s’envisage à 360 degrés. Les experts Generix Group vous livrent les clefs pour tendre vers cette logistique verte.

Qu’est-ce que la logistique verte ? 

La logistique est un domaine responsable de l’émission de plus de 3 200 millions de tonnes de CO2 dans le monde. Près de la moitié de ces émissions serait imputable au transport routier (1 450 millions de tonnes) [1]. Face à ce constat, les entreprises mettent en place des solutions pour rendre leur chaîne logistique moins polluante.
Ainsi, la Green Supply Chain correspond aux différentes actions visant à limiter l’impact environnemental de la logistique d’une entité. Si le plus gros levier d’action se situe bien souvent au niveau du transport, le champ de déploiement de cette logistique verte est bien plus large : entreposage, consommation d’énergie, gestion des ressources, limitation de la production des déchets… La démarche est globale et s’étend de l’approvisionnement en matières premières jusqu’à la distribution du produit, et même au recyclage de ces derniers et leur seconde vie.

 

Les enjeux de la Green Supply Chain

Pourquoi inclure le développement durable dans la chaîne d’approvisionnement ?


Ce virage vers des méthodes plus durables peut être pris de manière totalement volontaire, ou pour répondre à des contraintes règlementaires. En se tournant vers la Green Supply Chain, les entreprises : 

  • diminuent leur empreinte carbone et contribuent à la préservation de l’environnement ;

  • réduisent leurs coûts (transport, énergie…) pour plus de performance économique ;

  • améliorent leur image de marque auprès de leurs clients, mais aussi de leurs salariés ;

  • peuvent anticiper les évolutions en matière de règlementation environnementale et ainsi développer un avantage compétitif.

Quels objectifs définir pour une logistique verte ?

L’éco-logistique est une démarche d’amélioration continue. Aussi, pour pouvoir suivre les résultats de chaque action, et pour éviter toute accusation de greenwashing, il faut définir des objectifs quantifiables et clairement définis. Nous vous recommandons pour cela d’utiliser la méthode SMART avec des objectifs : 

  • Spécifiques ; 

  • Mesurables ; 

  • Atteignables ; 

  • Réalistes ; 

  • Temporellement définis.

Exemple : Passer de 75 % à 85 % de taux de remplissage des camions en 4 mois grâce à l’utilisation appropriée d’un outil de gestion des approvisionnements collaboratifs qui permettra de regrouper les commandes.

 

Comment évaluer l’impact environnemental de la chaîne d’approvisionnement ?

La première étape consiste à faire un état des lieux de votre Supply Chain, des acteurs qui la constituent et des flux. Identifiez tout au long de la chaîne les points consommateurs d’énergie ou polluants (émissions de CO2 et production de déchets notamment). 
Sur chacun de ces points, il sera nécessaire de disposer des bons outils pour pouvoir récolter des données. Il peut par exemple s’agir de factures d’énergie, ou d’informations contenues dans votre TMS, WMS, etc. 
Passez ensuite à la phase d’analyse de ces données pour envisager des pistes d’amélioration.

Mettre en place une stratégie de logistique durable au sein de l’entreprise

Cette démarche doit impliquer toutes les parties prenantes pour s’assurer de leur adhésion. Pour cela, une communication est indispensable en interne, comme avec les partenaires externes. L’intervention d’un prestataire tiers peut également s’avérer bénéfique pour : 

  • auditer la Supply Chain ;  

  • mettre en place de nouvelles pratiques managériales et de nouveaux outils ; 

  • intégrer des normes environnementales, comme la norme ISO 14083:2023 sur la quantification et la déclaration des gaz à effet de serre résultant des opérations des chaînes de transport.

 

Les pratiques écoresponsables pour une Supply Chain durable

Optimiser ses transports

Comme nous l’avons précédemment souligné, le transport est l’élément qui peut avoir l’impact environnemental sur la chaîne logistique le plus important. Pour améliorer vos metrics, vous pouvez vous doter de logiciels qui vous permettront d’agir sur ce paramètre. L’utilisation d’un TMS vous aidera notamment à trouver les meilleures solutions de transport. Vous pourrez également favoriser la mutualisation des ressources avec un outil de collaborative replenishment.

Optimiser ses emballages et réduire les déchets

Repenser sa palettisation pour gagner de la place dans les camions et les entrepôts ou encore limiter le suremballage sont autant de bonnes pratiques qui s’insèrent dans une stratégie de logistique verte.

Utiliser des matériaux durables, favoriser la revalorisation et l’économie circulaire

L’éco-logistique est un facteur d’accélération dans l’économie de la seconde main. On ne voit plus le cycle de vie d’un produit de manière linéaire, mais de façon circulaire. Ceci s’applique non seulement aux marchandises, mais aussi à tous les matériaux employés dans la Supply Chain. L’objectif est de tendre vers la réutilisation, la revalorisation ou le recyclage et ainsi éviter ainsi la surexploitation des ressources.

Réduire sa consommation d’énergie

Entrepôts, bureaux, véhicules… La chaîne logistique est particulièrement énergivore. Pour limiter cela, on peut envisager : 

  • une rénovation énergétique

  • le passage des entrepôts automatisés, voire "aveugles" (nécessitant moins d'opérateurs, d'éclairage ou de chauffage) ;

  • l’utilisation de matériaux innovants, comme les peintures réflectives qui limitent la chaleur dans les bâtiments en été ; 

  • etc.  

Le choix des meilleures solutions dépendra des résultats de votre état des lieux préalable et de vos contraintes.

[1] Statistiques de l’OCDE, relayées par Le Monde

Suivez-nous