Skip to main content
By Isabelle Badoc
on 15 Jun 2017 12:21 PM
  • eLogistics
  • Grande Distribution
  • Industries
  • SaaS
  • TMS/WMS
Portés par la dynamique insufflée par la Semaine internationale du transport et de la logistique, nous examinons en détail les quatre principales orientations de l’année dans le secteur.
 

Le point de vente : un angle stratégique de la logistique appliquée à la vente au détail

Amazon, le géant du e-commerce de Seattle, poursuit sa course à la croissance et gagne plus de terrain que jamais pour nous épater avec ses innovations. Aujourd’hui, le groupe est en mesure de répondre à la demande de satisfaction immédiate des clients de façon spectaculaire grâce à un service de livraison en deux heures dans certaines villes et à des livraisons par drone dans d’autres endroits. Et tandis que ces évolutions technologiques font peser une pression constante sur le reste du secteur de la vente au détail, les distributeurs peuvent toujours compter sur un avantage de taille : leurs magasins physiques et leurs points de vente.
 
Les détaillants doivent faire leur choix parmi différentes possibilités en ce qui concerne leurs points de vente. Ils peuvent choisir les magasins comme points de vente principaux du contenu préparé en entrepôt, ou opter pour la méthode « ship-from-store » où les commandes sont préparées directement depuis le stock en magasin. Dans tous les cas, les détaillants sont totalement focalisés sur la réduction des coûts et des délais de livraison. En cette époque de modernité, ils n’ont pas d’autres choix. Cela étant dit, Amazon est pleinement conscient des avantages potentiels que représentent les points de vente, c’est pourquoi le groupe repousse sans cesse les limites de l’innovation. Verrons-nous bientôt des magasins Amazon aux quatre coins du pays ? Qui sait ? Cela ne serait pas surprenant.
 

La « plateformisation » du transport de marchandises

Après avoir envahi le monde des services de taxi, Uber fait aujourd’hui son entrée dans le royaume du transport de marchandises avec l’application « Uber Freight ». Dans un marché évalué à 43 milliards d’euros rien qu’en France (300 milliards en Europe), Uber s’affiche comme le tout nouvel acteur de la « plateformisation » du transport de marchandises. Cette récente tendance n’est que le début de ce que l’on s’attend à voir dans un futur proche. Avec l’arrivée de sociétés de transport et de livraison comme Chronotruck, Convargo, Stuart (récemment achetée par La Poste) et Delivery, qui font appel aussi bien à des professionnels qu’à des particuliers pour participer à cette tendance, nous sommes effectivement à l’aube de l’ère de la colivraison. Les frontières entre transporteurs de marchandises et taxis, ou d’autres sources de livraison par des particuliers, sont désormais floues, et ce n’est que le début.
 

La logistique, le nouvel épicentre de l’innovation

La logistique urbaine est devenu le sujet central de réflexion en matière d’intelligence artificielle. Jusqu’à récemment, les drones d’Amazon étaient considérés comme étant à la pointe de l’innovation, mais ils sont aujourd’hui devancés par des créations plus récentes, plus modernes et spectaculaires. Les détaillants recherchent les meilleurs moyens d’anticiper quels seront les produits qui se vendront et à quelles périodes, afin de toujours disposer de la bonne quantité de stock. C’est un détail qui fait vraiment la différence lorsqu’il s’agit de fournir le service client le plus remarquable. Actuellement, nous voyons des innovations émerger de toutes parts, tout particulièrement en matière de logistique du dernier kilomètre. Les entreprises sont également à la recherche de moyens plus modernes et plus rapides de simplifier et de diminuer les coûts et les parcours, ainsi que d’autres mécanismes permettant de réduire leur empreinte carbone. Récemment, Otto, une filiale d’Uber, a effectué une livraison de 200 kilomètres à l’aide un camion autonome. Autre exemple, UPS a livré un contenu via un drone commandé depuis un camion ! Les entreprises ont conscience du potentiel que représentent les innovations en intelligence artificielle appliquées au domaine de la distribution, et même s’il peut parfois s’écouler un certain temps entre les essais et le lancement, nous observons vraiment une forte accélération de l’innovation dans ce domaine.
 

Les risques en logistique : croire que tous les problèmes peuvent être évités

L’un des principaux risques en logistique est de croire qu’il est possible d’éviter tous les problèmes, mais c’est une pure illusion. Personne ne peut prévoir un accident de la route, une maladie soudaine ou la crevaison d’un pneu. La plupart du temps, le plus dur est d’être aussi réactif que possible face à un problème, en particulier lorsque l’on ne peut pas s’appuyer sur des informations en temps réel. L’impatience du consommateur et la sous-traitance des tâches ont donné lieu à un réel besoin de partage d’informations à tous niveaux, et c’est la conclusion à laquelle les éditeurs de logiciels sont parvenus. Il existe aujourd’hui des solutions qui fournissent à l’intégralité de la supplychain, y compris au client final, une visibilité totale de la chaîne de bout en bout. Dans le même temps, on constate que des informations continuent de rester inaccessibles au client final, et si l’on considère les défis actuels, c’est pratiquement anachronique !
 
En 2017, nous resterons attentifs aux changements dans l’utilisation des points de vente, à la « plateformisation » (ou ce que l’on appelle désormais l’« uberisation » du transport de marchandises) ainsi qu’à l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la logistique industrielle. 
 

Isabelle Badoc

Expert in Supply Chain, Warehouse Management, Transport Management, e-commerce Logistics …