Des mesures pratiques pour respecter la distanciation sociale dans les entrepôts et les centres de distribution

Publié le 24 August 2020

des_mesures_pratiques_pour_respecter_la_distanciation_sociale_dans_les_entrepôts_et_les_centres_de_distribution
sid_fierro
Fierro
Sid
Sales Executive
Catégories
WMS

Le coronavirus a provoqué d’énormes perturbations et entraîné de nombreux changements les six derniers mois, depuis la découverte et le diagnostic en janvier dernier du premier cas de la COVID-19 dans l’état de Washington.


Pendant cette courte période, de nombreuses entreprises ont découvert qu’elles pouvaient poursuivre leurs activités en adoptant le télétravail. Avant l’avènement de la pandémie, l’idée du travail à la maison était pour la majorité des compagnies précisément cela, juste une idée. Un certain nombre d’entreprises de technologie opèrent de cette manière depuis plusieurs années; la majorité de leurs employés, particulièrement ceux des ventes et du marketing, tiennent un bureau à domicile et restent en contact avec leurs collègues et le bureau chef à l’aide de technologies comme Zoom, Skype, Google Meet, Microsoft Teams, etc.

La pandémie a forcé un grand nombre d’autres entreprises à leur emboîter le pas, généralement avec d’excellents résultats. Ces entreprises songent désormais à continuer à permettre à certains employés de poursuivre le télétravail à titre d’essai; la pandémie a remis cette idée peu populaire de l’avant et la transition a été pour la majorité des travailleurs non seulement facile, mais accueillie favorablement. Par conséquent, le télétravail continuera très probablement à faire partie du paysage professionnel même une fois la pandémie enfin maîtrisée.


Le télétravail n’est pas une solution universelle

Il demeure que pour certaines entreprises, le télétravail n’est pas possible pour tous les employés; pour celles-ci, la reprise des activités inquiète et on s’interroge sur la manière de protéger la santé et la sécurité du personnel. Les entreprises qui exploitent des entrepôts et des centres de distribution, ainsi les prestataires de services de transport et de logistique, ont besoin de la présence physique de travailleurs sur les lieux.

Elles sont confrontées au défi de permettre à ces employés d’être présents sur le site tout en respectant les directives de distanciation sociale. Chose qui n’est pas toujours possible, ce qui amène certaines entreprises à envisager la robotique et l’automatisation pour remédier à la situation. Par exemple, Honeywell a lancé l’an dernier un robot qui décharge automatiquement les camions. Le fabricant affirme que le robot peut décharger une semi-remorque plus rapidement qu’un humain grâce à l’apprentissage artificiel et à ce que l’entreprise appelle la « vision machine », qui permet au robot de voir les colis afin de les extraire facilement et rapidement selon leurs dimensions et leur forme. La composante d’intelligence artificielle détermine la meilleure approche pour le déchargement.

Matt Wicks, vice-président du développement des produits pour Honeywell, affirme que le robot « permet aux travailleurs de se retirer de l’environnement extrême et de superviser de multiples robots de déchargement, ce qui améliore la productivité et la sécurité ».

Avancer prudemment en matière d’automatisation

Quoique cette approche permette de mieux respecter la distanciation sociale, car moins d’employés sont requis dans la semi-remorque en même temps, elle peut aussi entraîner la nécessité de trouver d’autres tâches pour le personnel superflu sur les quais de déchargement. Wicks mentionne que le déchargement est une tâche onéreuse qui est « ardue, nécessite beaucoup de main-d'œuvre et comporte un haut risque de blessures ». Il cite les chiffres du Bureau of Labor Statistics qui démontrent un taux de rotation du personnel de 36 % pour ce type d’emploi, ce qui signifie que le robot déchargeur de camion de Honeywell peut être une proposition valable pour les entreprises concernées.

La robotique n’est toutefois pas une panacée; elle demande du temps et une planification rigoureuse pour s’assurer que l’équipement est intégré dans l’ensemble de l’exploitation et que les dépenses en capital affichent un retour sur investissement positif. Ce n’est donc pas une solution du jour au lendemain pour la plupart des entreprises.

Sans compter le simple fait que la pandémie a grandement perturbé les sources de revenu. L’offre et la demande ont dégringolé lorsque les gouvernements ont ordonné aux entreprises de fermer. Il en découle que de nombreuses entreprises n’ont plus les moyens d’acquérir des solutions technologiques de pointe. Elles doivent trouver d’autres solutions pour protéger leurs employés présents sur les lieux et les empêcher de contracter le virus, tout en conservant précieusement leurs liquidités limitées.

Pour compliquer encore les choses, on s’inquiète de plus en plus des questions de responsabilité de l’entreprise dans le cas où un ou plusieurs employés seraient infectés sur les lieux de travail. S’agit-il alors d’une question relevant de l’indemnisation pour accident de travail, ou d’un préjudice civil qui ouvre la voie à une poursuite en justice? Nous n’avons pas encore de réponses claires à cette question, ce qui souligne encore plus le besoin criant d’adopter la bonne approche et de ne pas couper les coins ronds en matière de sécurité en milieu de travail.

Les solutions technologiques comme les systèmes de gestion d’entrepôt (WMS) détiennent la clé de l’énigme

Pendant toute la pandémie, nous avons été témoins de douzaines d’exemples où la technologie s’est avérée être un atout majeur, que ce soit pour prendre en charge le télétravail, permettre aux consommateurs de commander leur épicerie en ligne pour une livraison à domicile ou le ramassage devant magasin, ou encore chez les exploitants d’entrepôts, pour l’ordonnancement de l’ensemble des activités, des quarts de travail aux expéditions, afin d’optimiser le rendement et de minimiser les risques. C’est là où le système de gestion des entrepôts (WMS) démontre toute sa valeur.

Le système de gestion des entrepôts permet aux exploitants d’organiser, de stocker, de sélectionner et d’expédier les biens et les matières au moment et de la manière requis, avec un niveau de rendement réalisable uniquement par le biais d’un logiciel infonuagique alimenté par l’intelligence artificielle.

Ce même progiciel peut permettre aux entrepôts et aux centres de distribution de déterminer les tâches prioritaires qui doivent être accomplies en premier, et le nombre de tâches qui peuvent être contrôlées et programmées selon les ressources humaines disponibles. Autrement dit, le système de gestion des entrepôts donne la possibilité de restreindre le nombre de travailleurs présents en même temps dans un secteur donné, un élément essentiel à la réussite de la distanciation sociale.

Ceci nous mène directement aux solutions préconisées par le site de Supply and Demand Chain Executive, notamment :

•    Le zonage, afin de contrôler le nombre d’employés présents à tout moment dans une aire donnée de l’entrepôt ou du centre de distribution;
•    L’allocation des missions, telle que définie par Supply and Demand Chain Executive, soit « …la division du travail en différents types de tâche, ce qui réduit le volume et l’attribution des ressources requises dans chaque secteur de l’entrepôt à n’importe quel moment »;
•    Les autorisations d’utilisateur, qui peuvent être modifiées ponctuellement afin de contrôler le nombre et l’espacement des travailleurs qui sont responsables de la préparation des commandes, de l’emballage ou de la réception.

D’autres solutions existent que les exploitants d’entrepôts et de centres de distribution peuvent ajouter à leur système de gestion, comme par exemple, un moyen de suivre le mouvement des employés pendant leur quart de travail. Certaines entreprises de technologie ont développé des applications Bluetooth sur téléphone qui enregistrent les déplacements des employés pendant leur quart de travail. Si un employé venait à être infecté, l’appli peut déterminer les endroits où celui-ci s’est déplacé et les personnes qui auraient été en contact avec cet individu. Appelée « recherche de contacts », cette technologie est devenue une arme précieuse pour contenir la propagation du virus. 

Faciliter une tâche ardue

Il ne fait aucun doute que les entreprises font face à ce qui pourrait être la période la plus difficile jamais vue; exploiter une société et faire des affaires est déjà suffisamment difficile sans devoir aussi composer avec une pandémie. Grâce aux systèmes de gestion des entrepôts, cette tâche ardue devient un peu plus facile et beaucoup plus efficace. Generix Group North America propose une solution complète qui touche à toutes les composantes logistiques des chaînes d’approvisionnement modernes, y compris les systèmes de gestion des entrepôts, les systèmes de gestion des transports, la gestion des actifs d’entreprise, la gestion des parcs, la gestion des commandes, ainsi que d’autres facettes essentielles à une exploitation efficace et sans heurt de la chaîne d’approvisionnement.

Vous êtes invité à communiquer avec nous pour en savoir plus sur comment nous pouvons vous aider à assurer l’avenir de votre entreprise dans le monde qui suivra la pandémie.