Skip to main content
supply chain blockchain
on 09 Apr 2018 9:50 AM

Avec l’explosion du cours du bitcoin, pas un jour ne passe sans qu’on entende parler de blockchain. Mais savez-vous concrètement ce qui se cache derrière cette notion et les avantages qu’il est possible d’en tirer dans la Supply Chain ? Décryptage de cette nouvelle tendance technologique au regard du mode SaaS.

 

Blockchain : une technologie aux nombreux avantages…

D'après Blockchain France, « la blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle ». Elle permet de mettre en place des bases de données partagées entre différents utilisateurs dont les principes constitutifs sont la transparence, la sécurité et la décentralisation.

L’application la plus populaire de la blockchain est à ce jour le bitcoin, célèbre monnaie virtuelle (ou crypto-monnaie) créée en 2009, qui s'achète sur des plateformes en ligne en échange d'autres devises. Au-delà des crypto-monnaies, cette « chaîne de blocs de données » offre de nombreuses perspectives pour le secteur de la Supply Chain.


À lire également : Supply Chain : la blockchain passée au crible


Reposant sur le principe de transparence, elle assure la traçabilité des opérations sur la totalité du parcours produit. En se connectant à la blockchain, chaque intervenant (client, fournisseur, administration…) peut avoir accès aux informations nécessaires à son activité dans une logique de confiance totale entre les parties.

Mais comment une telle confiance peut-elle régner ? Grâce à la sécurisation des accès, limités selon le profil des utilisateurs, mais aussi grâce à la validation de la conformité des données échangées par les utilisateurs de la chaîne de blocs eux-mêmes. Dans ce cadre, la blockchain nécessite moins de contrôles qu’un système d’information en mode SaaS hébergeant des données centralisées sur un cloud.

Comme la blockchain permet à tous ses utilisateurs d’avoir accès aux informations, il n’est pas nécessaire de mettre en place des audits. De plus, la décentralisation des données fait que l'usage de la chaîne de blocs ne nécessite pas de serveurs, et ne génère donc pas de coûts d’infrastructure.

 

…qui ne tient pas encore toutes ses promesses pour la Supply Chain

Avec les applications en mode SaaS stockant les informations partagées dans le cloud, la puissance des installations doit être proportionnelle au nombre d’utilisateurs. Grâce à la blockchain, ce problème est théoriquement réglé puisque la gestion des données n’est plus gérée de manière centralisée.

Mais en observant la plateforme Ethereum, lancée en 2015 pour permettre le développement d’applications décentralisées, on constate que la blockchain peut fonctionner plus lentement que d’ordinaire lorsqu’il y a surcharge. Considérée comme la chaîne de blocs la plus prometteuse après le bitcoin, Ethereum doit encore faire face à des problèmes de scalabilité pour résister à une montée en charge et maintenir ses performances en cas de forte demande.

Après une première vague d’améliorations, les développeurs de la blockchain travaillent encore sur des mises à jour (dites « forks ») capables de gérer un plus grand nombre de transactions simultanées. Si les soft forks ne constituent que des transformations mineures, les hard forks sont des correctifs importants qui transforment toute la chaîne de blocs et peuvent donc avoir un impact conséquent sur l’ensemble de l’écosystème qui l’utilise. Il peut donc être risqué d’implémenter la blockchain tant qu’elle n’est pas mature et stabilisée.

 

Le SaaS : meilleure solution pour la Supply Chain

Si la blockchain permet de s’affranchir du hardware, elle demeure assez immature et n’est pas encore assez utilisée pour s’imposer concrètement. En d’autres termes : personne ne désire travailler avec un acteur équipé d’une chaîne de blocs de données si la technologie n’est pas déployée plus largement. La notion de confiance associée au principe de transparence de la blockchain offre néanmoins de très belles perspectives – notamment pour la Supply Chain agroalimentaire – et pourrait être un atout majeur pour son développement.

Aujourd’hui, les applications en mode SaaS demeurent l’option la plus fiable dans la Supply Chain. Cette technologie convient en effet parfaitement aux exigences des solutions de gestion des entrepôts (WMS) et du transport (TMS). Pour assurer leur transition vers le SaaS, les utilisateurs de logiciels sous contrat de licence ont tout intérêt à passer à une solution basée sur le cloud. À défaut, ils risqueraient d’être bloqués dans leur transformation digitale par une solution incapable d’évoluer vers la blockchain.


Sur le même sujet : Les 8 avantages de la migration de l’EDI dans le SaaS

 

Aujourd’hui, la blockchain s’applique déjà au stockage fichiers décentralisés, au partage d’espace disque et à la rémunération avec les crypto-monnaies. Une technologie d’avenir, qui n’est pas encore suffisamment avancée pour être réellement déployée, mais dont les premières applications en Supply Chain voient le jour. Alors, la première étape avant de franchir le pas de la blockchain est le passage à un fonctionnement en mode SaaS, pour préparer l’avenir. Envie d’en savoir plus ? Contactez les experts Generix Group dès à présent !

 

Contactez les experts Supply Chain Generix Group

 

Source image à la Une : Wikimedia Commons – Davidstankiewicz