CHORUS PRO : LE POINT SUR LE DÉPLOIEMENT

Publié le 16 décembre 2019

generix_et_chorus_pro
christophe-viry
Viry
Christophe
Product Marketing Manager chez Generix Group
Catégories
B2B integration

Le 6 novembre 2019, les opérateurs de service de facturation électronique et l’Agence pour l’Informatique Financière de l’État (AIFE) ont organisé une réunion d’échange autour de Chorus Pro. Le but : faire le point sur le déploiement du portail à quelques semaines de la dernière échéance fixée au 1er janvier 2020 où la totalité des TPE et auto-entrepreneurs devra passer à la facture électronique. Generix Group fait le bilan. 

Le portail Chorus Pro en chiffres

Depuis le 1er janvier 2017, la dématérialisation des factures s’impose progressivement aux organismes publics, aux entreprises de plus de 5 000 salariés et aux ETI, tenus d’utiliser le portail Chorus Pro. À l’horizon 2020, date butoir du déploiement, l’objectif fixé est loin d’être atteint. En effet : 
 

676 000 utilisateurs et 490 000 structures privées sont enregistrés, alors que plus d’un million étaient attendus. Parmi ceux-ci, sont connectées : 

  • 94 % des grandes entreprises (46 % des volumes traités sur la plateforme)
  • 85 % des ETI (31 % des volumes), malgré une échéance au 1er janvier 2018
  • 60 % des PME (21 % des volumes), malgré une échéance au 1er janvier 2019
  • 10 % des TPE (2 % des volumes), malgré une échéance au 1er janvier 2020.

Il reste encore du chemin à parcourir pour parvenir à la cible, tant en termes de nombre d’entreprises que de volume de factures. Concernant leur format :  

  • 59 % des factures sont transmises par voie de fichiers structurés (XML), dont 92 % en UBL, 7 % en XML CPP et 1 % en Factur-X
  • 41 % sont des factures PDF.

Quant aux transmissions, elles sont faites à :

  • 70 % par EDI
  • 20 % par portail
  • 10 % par API.

Dématérialisation de factures : les prochaines étapes

L’AIFE déclare être consciente des difficultés rencontrées par certaines entreprises et secteurs d’activités, comme c’est le cas des Travaux Publics, par exemple. Pour l’Agence, le « zéro papier » n’est donc pas encore à l’ordre du jour. À ce stade, sa mission est de confirmer sa stratégie de collaboration avec les opérateurs de factures électroniques. Ceux-ci jouent un rôle de concentrateur en intégrant l’e-invoicing dans des applications métier, qui font ensuite remonter les factures dématérialisées dans Chorus Pro par le biais d'une API.
 
Dans cet esprit, l’AIFE a annoncé la création prochaine d’un « club utilisateur opérateur » qui interviendra dans la gouvernance de la roadmap de Chorus Pro. Il permettra d’instaurer la relation entre l’Agence et ses partenaires concentrateurs. Generix Group, qui dématérialise environ 15 % des volumes de Chorus Pro, entend bien rejoindre ce club et se prépare d’ores et déjà aux prochaines échéances en collaboration avec l’AIFE.
 
Autre mesure prise par l’AIFE : la réalisation d’un pilote de facturation B2B fondé sur la version actuelle de Chorus Pro. Une démarche qui s’inscrit dans la perspective de l’article 56 du projet de loi de finances, et qui a pour but de mesurer les retombées sur Chorus Pro. Il en découlera un rapport de conclusion remis au ministre de l’Action et des Comptes publics.